On ne devient pas femme, mais … !

« Devenir une femme et s’interroger sur ce qu’est une femme sont deux choses essentiellement différentes. Je dirai même plus – c’est parce qu’on ne le devient pas qu’on s’interroge, et jusqu’à un certain point, s’interroger est le contraire de le devenir. La métaphysique de sa position est le détour imposé à la réalisation subjective chez la femme. Sa position est essentiellement problématique, et jusqu’à un certain point inassimilable ».

Lacan J., Le Séminaire, livre III, Les Psychoses, Paris, Seuil, 1981, p. 200-201.

Lacan brocarde ici le célèbre aphorisme de Simone de Beauvoir : « On ne nait pas femme, on le devient ». Interroger se substituant à devenir, il promeut la réflexion plus que la finalité. La position féminine fait question aux deux sexes, et s’accompagne de symptômes variés témoignant qu’elle est pour une part inassimilable à l’Autre scène. Le sujet sera-t-il au mieux métaphysicien de lui-même ?