« La femme, c’est un rêve de l’homme »

Lacan J., « Conférence à Genève sur le symptôme », (4 octobre 1975), La Cause du désir, n°95, avril 2017, p. 15.

Que l’homme rêve à Vénus ou à la Madone, à Lilith, Diane, la Gorgone, à une putain ou à sa mère, … il n’y a au bout de tous ses rêves que l’ab-sens. La femme, il n’y en a pas qu’Une, et elles sont autant d’échappées à toute définition, notes furtives, étrangères à la partition, évanescentes et pas-toute saisissables. Elles ne cessent d’échapper à l’homme qui en rêve d’autant plus. On ne délire jamais mieux que sur la Femme.