O fim dos feminicídios em nome da honra

Há décadas atrás, no Brasil, a legítima defesa da honra era o argumento que mais absolvia homens que, alegando adultério, matavam suas mulheres. Essa tese mobilizou o movimento feminista brasileiro nos anos 70 e fez surgir o famoso slogan: “Quem ama não mata”.No entanto, as absolvições com base na legítima defesa da honra voltaram a ser frequentes depois de 2008, quando o Congresso Nacional alterou diversos procedimentos do Tribunal do Juri, prevendo, entre eles,  a possibilidade de absolvição baseada em “quesitos genèricos”, abrindo espaço para que a tese de  legítima defesa da honra voltasse  a ser incluída como argumento de defesa. 

Somente agora, em março de 2021, o Supremo Tribunal Federal (STF) decidiu, por unanimidade, a anulação de qualquer julgamento em que seja levantada a tese de legítima defesa da honra, banindo, definitivamente, a possibilidade desse tipo de alegação dos tribunais no Brasil. Caso a defesa de um acusado de feminicídio suscite essa tese, será declarada a nulidade da prova, do ato processual e do julgamento. 

Notícia do Jornal Folha de São Paulo, 21 de março de 2021.

“O STF, Supremo Tribunal Federal determina anulação de julgamentos com tese da legítima defesa da honra”

La fin des féminicides au nom de l’honneur

Il y a quelques décennies, au Brésil, la légitime défense de l’honneur était l’argument le plus souvent invoqué pour obtenir l’acquittement des hommes ayant tué leurs femmes supposées adultères. Cette thèse a mobilisé le mouvement féministe brésilien dès les années 70 et ce célèbre slogan : « Qui aime ne tue pas ! » Pourtant, les acquittements basés sur la légitime défense de l’honneur sont devenus récurrents depuis 2008, soit dès lors que le Congrès national a modifié plusieurs procédures de composition du Jury populaire en prévoyant, entre autres, la possibilité d’acquittement basée sur des « critères génériques », permettant que la thèse de la « légitime défense de l’honneur » soit considérée comme un argument en faveur de la défense des hommes.

Ça n’est que très récemment, en mars 2021, que la Cour suprême brésilienne décide, à l’unanimité, de l’annulation de toute sentence invoquant la légitime défense de l’honneur en rejetant définitivement, la possibilité de ce type de plaidoirie dans les tribunaux brésiliens. Ainsi, au cas où la défense d’un accusé de féminicide susciterait cette défense, on déclarerait la nullité de la preuve, de l’acte de procédure et de la sentence.

Reportage du journal Folha de São Paulo du 21 mars 2021.

« Le STF, Cour suprême brésilienne, établit la fin des jugements fondés sur la défense légitime de l’honneur »